INFORMATIONS CONTACTS PRESSE CRÉDITS LINKS NOUVELLES    
PROGRAMME             .ENG  .ESP  .ITA   
ÉCRIVAIN
   Javier Marías
.Bibliographie 
.Imprimer .Envoyer à un ami
Biographie
Né à Madrid en 1951 d’une famille d’intellectuels anti-franquistes, Javier Marías commence à écrire alors qu’il est encore au lycée. Diplômé en philologie anglaise à l’université Complutense de Madrid, il publie, dès l’âge de vingt ans, son premier roman : Los dominions del lobo, qui sera suivi de nombreux autres romans et recueils de nouvelles. Également essayiste, Marías nous trace, dans Vies écrites, les portraits sentimentaux d’écrivains non espagnols du passé (Mann, Rilke, Tomasi di Lampedusa).
Il a enseigné à l’université d’Oxford, aux États-Unis et à l’université Complutense de Madrid et a également exercé une intense activité de traducteur : parmi les nombreux auteurs dont il a traduit les œuvres, citons Conrad, Nabokov, Heaney, Salinger, Isak Dinesen et le Tristram Shandy de Sterne, pour lequel il a remporté le prix Nacional de Traducción. Il a gagné de nombreux prix, parmi lesquels le prix Herralde de Novela en 1986 pour L’homme sentimental ; le prix Ciudad de Barcelona en 1989 pour Le roman d’Oxford, le prix de la Crítica en 1993, pour Un cœur si blanc, et le prix Internacional Rómulo Gallegos pour Demain dans la bataille pense à moi (1994). Il a également reçu de nombreuses reconnaissances en Italie, dont le prix Grinzane-Cavour, le prix Mondello et le prix Flaiano. Il collabore avec El País, travaillant comme éditorialiste du magazine hebdomadaire. Grand supporter du Real Madrid et passionné de football, il a consacré à ce sport le livre Salvajes y sentimentales. Pour une série de coïncidences, il est également le roi de l’îlot inhabité de Redonda, situé entre Montserrat et Antigua.
 
On a dit de lui

"Demain dans la bataille pense à moi est peut-être le plus beau livre composé par un écrivain contemporain".
Pietro Citati

"Le meilleur narrateur espagnol du moment"
Eduardo Mendoza

"La chose la plus normale qui peut arriver avec Marías, c’est de s’accrocher à son fauteuil et de défendre furieusement chaque moment de lecture, sans pouvoir articuler une réponse claire lorsque quelqu’un nous demande ce qu’il y a de si intéressant dans le livre".
Andreas Isenschmid, Die Weltwoche (Zürich)
PARTICIPER À LA SOIRÉE DU
.22 juin
LU PAR
.Laura Morante
MUSIQUE DE
.Renato Sellani